La marqueterie histoire et techniques de création

La marqueterie consiste à réaliser un décor prédéfinit avec une matière naturelle comme le placage de bois, nacres, pailles de seigles, ivoires, pierres, galuchats. La réalisation est constituée directement sur le support en collant les matières découpées une à une ou le décor est collé une fois réalisé en dehors du support. La technique est utilisée sur des édifices, une boite, un meuble ou pour la création de bijoux comme des boucles d’oreilles. Pour en savoir plus sur la préservation et l’entretien consultez l’article : Comment entretenir et préserver vos bijoux en paille de seigle ?

Histoire de la marqueterie

Cette technique nous vient tout droit de l’Égypte antique. À cette époque, la marqueterie consistait à creuser le bois pour y intégrer une pierre ou une décoration réalisée à l’aide de plusieurs essences de bois. Très peu utilisée pendant l’empire romain, ce savoir-faire réapparait au XIVème siècle. Les Italiens se réapproprient cette technique en la modernisant pour décorer leurs meubles. Il n’est pas rare de trouver un meuble de style Louis XIV et Louis XV réalisés en marqueterie, cette technique connait à ce moment précis sa plus forte popularité.

Matières

Selon les époques et les techniques, différentes matières font leurs apparitions. On notera aussi la diversification époque après époque des supports utilisés en marqueterie. Les diverses matières en marqueterie sont les différentes essences de bois, la paille, le laiton, l’os, la pierre, l’ivoire, la nacre, le galuchat, l’écaille de tortue, l’étain et le corail. Au XIVème siècle les Italiens étendent la technique.

Différentes techniques

L’Instarse

Cette technique apparait pendant l’antiquité, elle est l’ancêtre de la marqueterie. Elle est utilisée principalement sur les édifices. Le principe est d’enlever de la matière pour la remplacer par une autre « plus noble » comme de la pierre gemme ou de la nacre. Au XIVème siècle les Italiens étendent la technique sur les meubles avec du placage en bois, en nacre ou encore en os. On voit apparaître a cette période des tableaux réalisés en différentes essences de bois nommés « peinture en bois »

La marqueterie Boulle

L’ébéniste Boulle popularise la technique au XVIIIème siècle. Cette technique consiste à superposer les plaques des différentes essences ou matière nécessaire au dessin. Une fois les plaques les une sur les autres, le motif ou le dessin et découpé simultanément, en une seule fois.

Le procédé élément par élément

La marqueterie élément par élément consiste à réaliser le dessin puis à dissocier chaque élément du dessin. Les éléments sont ensuite découpés un à un sur la plaque de la matière souhaitée. Cette technique permet certes d’utiliser moins de matière, mais elle est moins précise que la marqueterie Boulle. En effet, dans la marqueterie Boulle les éléments vont se juxtaposer à la perfection.

La technique de Vriz

Georges Vriz invente une nouvelle technique de marqueterie. Cette technique est basée sur la superposition des matières sur la plaque de fond. Il y a d’abord la composition de fond soit la plaque qui va accueillir les autres plaques, jusqu’à 5 ou 6 plaques maximum. Le marqueteur vient poncer les plaques pour obtenir le dessin souhaité. Avec cette nouvelle technique, la marqueterie passe du 2 D au 3 D et offre de nombreuses possibilités de création.

La marqueterie iranienne ou Klatam Kari

Cette technique est très présente sur les petites boites en bois, elle est dans l’esprit des mosaïques. Découpées en fines lamelles, apposées les une à côté des autres en fonction du dessin souhaité. Une fois pressées durant 24h, de fines lamelles sont découpées à la perpendiculaire afin d’obtenir des lignes de carrées. Ses lignes sont utilisées pour la création de la marqueterie.